Annonces

Avenir de l’Europe

Recommandations du panel sur l’Union européenne dans le monde et la migration

La dernière réunion du quatrième panel de citoyens européens s’est tenue du 11 au 13 février à Maastricht, aux Pays-Bas. Le panel de citoyens européens sur « l’UE dans le monde/Migration » a adopté 40 recommandations pour la Conférence sur l’avenir de l’Europe.
Le panel a travaillé autour de cinq axes :

  • autonomie et stabilité ;
  • l’UE en tant que partenaire international ; une Union européenne forte dans un monde pacifique ;
  • une perspective humaine de la migration ;
  • la responsabilité et la solidarité dans l’Union européenne.

Les recommandations des panélistes découlent de leurs travaux précédents lors de deux sessions organisées en octobre et novembre 2021. La troisième et dernière réunion du panel, composée d’environ 200 personnes d’âges et de milieux différents et originaires de l’ensemble des États membres, a été organisée à l’Institut européen d’administration publique de Maastricht et au Studio Europa Maastricht.

Parmi les quatre panels de citoyens européens, le panel « Une économie plus forte, justice sociale et emploi/Jeunesse, sport, culture et éducation/Transformation numérique » doit encore organiser sa réunion finale du 25 au 27 février à Dublin, Irlande.

80 représentants (20 issus de chacun des quatre panels de citoyens européens, dont au moins un tiers est âgé de 16 à 25 ans) ont été chargés de présenter et de débattre des recommandations de tous les panels lors de la plénière de la Conférence. Les propositions finales de la Conférence y seront élaborées. La prochaine plénière de la Conférence se tiendra les 11 et 12 mars à Strasbourg.

Les propositions finales de la plénière seront présentées au conseil exécutif de la Conférence au printemps.
Entretemps, les citoyens de toute l’Europe peuvent continuer à participer à la Conférence par le biais de la plateforme numérique multilingue.

Publié par Cercle CECI dans Annonces, 0 commentaire

Un Océan

Discours de la Présidente von der Leyen au Sommet Un Océan

« Seul le texte prononcé fait foi »

Monsieur le Président, cher Emmanuel,

Merci de nous accueillir ici, en cette région belle et sauvage qu’est la Bretagne.

Mesdames et Messieurs,

La première œuvre de la littérature européenne, l’Iliade, chante l’océan comme « le fleuve source de toutes choses ». Elle nous rappelle que nous sommes tous reliés à l’océan, où que nous vivions sur Terre. L’océan est indispensable au maintien de la vie sur notre planète. Nous lui devons la moitié de l’air que nous respirons. L’océan nous procure en effet la moitié de notre oxygène et il absorbe une grande partie du carbone que nous rejetons dans l’atmosphère. Notre climat tout entier dépend de l’océan. Si nous jouissons d’hivers doux, ici en Europe, c’est parce que l’océan draine chaque seconde des millions de tonnes d’eau chaude des latitudes sud vers nos côtes. L’océan est source de vie, il nous nourrit, il nous fournit de l’énergie et il est pourvoyeur d’emplois. 90% des biens marchands sont transportés par voie maritime. Et depuis des siècles, l’océan inspire les arts et la littérature. Pour les Grecs anciens, comme Homère, l’océan était un dieu tout-puissant. L’océan fait partie intégrante de notre identité. Et il doit être notre responsabilité commune. Parce qu’aujourd’hui, il est en danger.

Aujourd’hui, nous savons que l’océan est vulnérable et menacé par nos méfaits. Par la pollution, par les produits chimiques, par la surexploitation des ressources marines. L’océan est trop vaste pour chacun de nous, et pourtant si fragile que chaque acte compte. C’est ce qui nous réunit ici aujourd’hui. Le temps est venu d’une alliance entre nous et l’océan. Et l’Europe est prête à montrer la voie.

Quatre grandes thématiques sont à l’ordre du jour du Sommet Un Océan : la biodiversité et la conservation des ressources ; la pollution marine ; les océans comme solution au changement climatique ; et la recherche. Pour chacune, l’Union européenne propose des initiatives phares. Et chaque initiative phare est une proposition de coopération. Parce qu’en tant que puissance maritime, l’Europe peut faire une énorme différence. Mais ce n’est qu’ensemble que nous pourrons renverser la situation pour permettre à nos océans de regorger à nouveau de vie.

Permettez-moi de vous donner trois exemples. Premièrement, l’Union européenne et la présidence française du Conseil lancent aujourd’hui la coalition de la haute ambition pour la haute mer. La coalition demande l’adoption, cette année encore, d’un traité ambitieux pour la conservation et l’exploitation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale. Nous avons besoin d’un accord international, d’un instrument juridiquement contraignant qui régirait la haute mer de manière durable. Nous en sommes proches, mais nous devons donner un coup de collier.

L’océan est certes une arène géopolitique, mais il est également une frontière pour le développement de la coopération et du droit international. Comme dans la mer de Ross en Antarctique, qui est aujourd’hui un refuge pour les baleines, les phoques, les manchots et les poissons. Il en est ainsi parce qu’en 2016, les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Union européenne et d’autres ont surmonté leurs différences pour protéger ce riche écosystème. Nous pouvons le refaire. Des études montrent en effet que nous devons protéger au moins 30% de l’océan pour qu’il soit sain. Nous avons constaté l’extraordinaire puissance régénérative de la vie marine, comme dans la mer de Ross. Le traité sur la haute mer permettrait de lancer une vague de régénération de nos océans.

Deuxième exemple : chaque problème est l’occasion d’innover. Mais, pour ce faire, nous avons besoin d’un objectif clair et ambitieux. Nous avons besoin d’une mission, comme le Pacte vert pour l’Europe. C’est pourquoi nous avons lancé la Mission « Restaurer notre océan et notre milieu aquatique d’ici à 2030 ». Doté d’un financement d’un demi-milliard d’euros provenant du plus grand programme mondial de recherche et de développement, Horizon Europe, et d’autres instruments. Notre programme en faveur des océans se concentrera sur les cinq mers d’Europe et testera des solutions particulières pour des problèmes définis. Ainsi, en Méditerranée, notre mission est de prévenir et d’éliminer la pollution, en particulier la pollution par les plastiques, la pollution par les nutriments et la pollution chimique. Ou prenons l’exemple de la mer Baltique et de la mer du Nord : notre mission est d’y décarboner le transport maritime et d’électrifier les ports. Tout au long de sa durée de vie, la mission « Océan » passera du pilotage au déploiement et mettra sur le marché des solutions innovantes qui permettront de régénérer l’océan. Il s’agit d’une mission européenne, mais elle est ouverte à tous ceux qui souhaitent y contribuer. Dans la mer Noire, par exemple, nous collaborons déjà avec tous les États côtiers. En effet, les actions de l’un de ces États revêtent de l’importance pour tous les pays qui bordent ces eaux. Et toutes les solutions doivent être des solutions communes. C’est là le pouvoir de la diplomatie scientifique, et son potentiel unique pour nous aider à surmonter nos différences afin d’améliorer les conditions de vie.

Troisièmement, l’humanité est loin d’avoir percé tous les mystères de l’océan. C’est la raison pour laquelle l’Europe crée actuellement un double numérique de l’espace océanique. Nous conjuguons nos atouts, à savoir les satellites Copernicus, les infrastructures marines, comme les brise-glaces, les bouées et les drones sous-marins, et le calcul à haute performance. Nous collecterons ainsi des données brutes et les transformerons en connaissances en temps réel et en prévisions à plus long terme. Nous mettons le pouvoir de la révolution numérique au service de notre climat. Permettez-moi de vous donner un exemple. Au pôle Nord et au pôle Sud, les glaciers fondent rapidement. Des glaciers de la taille de pays entiers. Cette fonte entraîne l’élévation du niveau des mers et des océans dans le monde entier, menaçant l’existence des petits États insulaires et des villes côtières. Mais ce n’est pas tout. Elle modifie également le courant qui parcourt l’océan Antarctique, le courant le plus puissant au monde et un régulateur déterminant du climat. Ce phénomène fait remonter des eaux profondes à la surface, ce qui devrait avoir un effet de refroidissement, mais libère également davantage de dioxyde de carbone. Nous devons mieux comprendre ces processus et leurs conséquences. C’est ce que permettra le double numérique de l’espace océanique, et bien plus encore.

Grâce à l’Union et à ses États membres, ce double numérique devrait être opérationnel d’ici à 2024. Il mettra les connaissances sur l’océan en libre accès et à la disposition des citoyens, des scientifiques et des décideurs du monde entier. Il constituera une plateforme de coopération mondiale. Il nous permettra de nous doter des moyens nécessaires pour honorer les engagements que nous aurons pris au cours de ce sommet. Ensemble, à l’aide du double numérique de l’espace océanique, nous ferons la lumière sur les mystères de l’océan.

Mesdames et Messieurs,

L’océan est immense, tempétueux et sauvage. Depuis le rivage, nous nous sentons tout petits. Mais, alors que nous sommes aujourd’hui réunis ici, à Brest, nous devons prendre conscience du pouvoir considérable dont dispose l’humanité et de la grande responsabilité qui lui incombe. Voyons les choses en grand. Car notre mission est aussi vaste que l’océan. Mesdames et Messieurs, retroussons-nous les manches et sauvons notre océan.

Merci beaucoup. Je vous souhaite un sommet fructueux et stimulant.

 

Publié par Cercle CECI dans Annonces, 0 commentaire

Initiative citoyenne européenne

La Commission décide d’enregistrer une initiative sur le football et le sport en Europe

La Commission a décidé d’enregistrer une initiative citoyenne européenne (ICE) intitulée « Win It On The Pitch ».

Les organisateurs de cette initiative appellent la Commission à protéger un modèle sportif européen « fondé sur les valeurs, la solidarité, la durabilité et des compétitions ouvertes ». Ils lui demandent d’adopter une recommandation qui fournira un cadre et des lignes directrices pour guider l’action des États membres en vue de « protéger le modèle du football en Europe, de reconnaître la valeur sociale du sport dans la société européenne et la nature particulière du sport dans les règles de concurrence de l’UE et de renforcer la vision et la politique à long terme de l’UE concernant l’avenir et la gouvernance du sport européen ».

La demande d’enregistrement de l’ICE remplissant les conditions formelles établies dans la législation applicable, la Commission considère qu’elle est recevable sur le plan juridique.
À ce stade, la Commission n’a pas analysé l’initiative sur le fond.

Prochaines étapes

Les organisateurs disposent d’un délai de six mois pour commencer à recueillir des signatures. Si, en l’espace d’un an, une initiative recueille un million de déclarations de soutien provenant d’au moins sept États membres différents, la Commission devra réagir. Elle pourrait décider de faire droit ou non à la demande et serait tenue de motiver sa décision.

Ce qu’est une initiative citoyenne européenne

L’initiative citoyenne européenne a été instituée par le traité de Lisbonne et conçue pour offrir aux citoyens la possibilité d’influer sur les programmes de travail de la Commission. Elle a été officiellement lancée en avril 2012.
Une fois enregistrée officiellement, une initiative citoyenne européenne permet à un million de citoyens issus d’au moins sept États membres de l’Union d’inviter la Commission européenne à présenter des propositions d’actes juridiques dans des domaines dans lesquels cette dernière a compétence pour agir.

Les conditions de recevabilité sont les suivantes :

  1. l’action proposée ne peut pas être manifestement en dehors du cadre des attributions de la Commission en vertu desquelles celle-ci peut présenter une proposition d’acte juridique, 
  2. elle ne peut pas être manifestement abusive, fantaisiste ou vexatoire 
  3. elle ne peut pas être manifestement contraire aux valeurs de l’Union.

Depuis le lancement de l’ICE, la Commission a reçu 111 demandes de lancement d’une initiative citoyenne européenne ; 87 étaient recevables et ont donc pu être enregistrées.

Publié par Cercle CECI dans Annonces, Cercle CECI, 0 commentaire

Conférence vendredi 28 janvier (18h à Rennes)

« L’Europe peut-elle être Souveraine ? »

C’est à l’Espace Ouest-France à Rennes qu’a lieu cette conférence avec 2 membres du CECI.

Anne Houtman, Cheffe de la Représentation en France de la Commission européenne de 2010 à 2014, conférencière au sein du réseau Team Europe France et Bernard Bonno, Docteur en Sciences Économiques, aujourd’hui conférencier Team Europe France auprès de la Commission européenne.

Plus de précision sur cette page.

Publié par Cercle CECI dans Annonces, Cercle CECI, 0 commentaire

Journée internationale de l’éducation

Le 23 janvier, à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation le vice-président de la Commission Josep Borrell a fait une déclaration soulignant que l’éducation est essentielle à la reprise mondiale : « L’éducation est la base et le catalyseur de la transition écologique. Elle permet aux citoyens de tirer parti des possibilités offertes par le développement numérique. Elle apporte espoir et protection aux personnes touchées par les crises humanitaires et les déplacements forcés ». « Une éducation de qualité est un élément essentiel du développement de chaque enfant et de chaque jeune » a précisé le haut représentant aux Affaires internationales.

2022 L’année européenne de la jeunesse

L’année européenne de la jeunesse a pour objectif de mettre en lumière l’importance de la jeunesse européenne pour construire un avenir meilleur : plus écologique, plus inclusif et plus numérique. Elle est le moment idéal pour avancer avec confiance et espoir sur la voie de l’après-pandémie. Elle offrira de nombreuses possibilités d’apprendre, de partager sa vision, de rencontrer d’autres personnes et de participer à des activités dans toute l’Europe.

Le programme Erasmus a 35 ans

Le programme Erasmus soutient les priorités et les activités définies dans le cadre de l’espace européen de l’éducation, du plan d’action en matière d’éducation numérique et de la stratégie en matière de compétences pour l’Europe. En outre, Erasmus+ soutient le socle européen des droits sociaux, met en œuvre la stratégie de l’UE en faveur de la jeunesse pour la période 2019–2027 et développe la dimension européenne du sport.

Pour une éducation de qualité

L’UE réaffirme l’importance capitale d’une éducation de qualité pour le développement personnel, social et professionnel des enfants et des jeunes, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne, afin de construire un avenir meilleur et plus équitable, de réduire les inégalités socio-économiques et entre les hommes et les femmes et de promouvoir la paix et la démocratie. L’UE continue également de jouer un rôle de premier plan dans l’éducation dans les situations d’urgence, en donnant accès à une éducation sûre, inclusive et de qualité à des millions d’enfants touchés par des crises humanitaires et des conflits. Les partenariats avec la société civile, le secteur privé et les acteurs mondiaux de l’éducation seront essentiels pour favoriser la citoyenneté mondiale. »

Des partenariats internationaux

Ensemble, les institutions de l’UE et les États membres contribuent pour plus de la moitié de l’aide mondiale à l’éducation, en soutenant le secteur de l’éducation dans plus de 100 pays du monde entier. Au cours de la période 2021–2027, la Commission consacrera au moins 10 % de son budget consacré aux partenariats internationaux avec l’Afrique, l’Amérique latine, les Caraïbes, l’Asie et le Pacifique, et 10 % de son budget consacré à l’aide humanitaire, à l’éducation.

sources : Commission européenne

Publié par Emmanuel Morucci dans Annonces, Emmanuel Morucci, 0 commentaire

Conférence jeudi 27 janvier 2022

Visioconférence consacrée à la Présidence Française de l’Union Européenne ayant pour titre :
Une Présidence pour les Français ? pour les Européens ? 
 

Conférence d’Emmanuel MORUCCI, conférencier pour la Commission européenne #TeamEuropeDirect et président du CECI Cercle Europe Citoyennetés et Identités  

Le webinaire est organisé par la Maison de l’Europe de Seine Maritime le jeudi 27 janvier à 18h30. 

Cette visioconférence se fait avec Zoom.
Pour vous inscrire, il suffit de cliquer sur le lien suivant

Après votre inscription, vous recevrez un e‑mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion (possibilité de se connecter dès 18h15).

Publié par Cercle CECI dans Annonces, Cercle CECI, 0 commentaire

Nouvelle Présidente du Parlement européen

Avec l’ensemble des membres du Cercle Europe Citoyennetés et Identités, j’adresse mes sincères félicitations à Roberta Metsola pour son élection à la présidence du Parlement européen.

Le CECI souhaite construire une relation avec la nouvelle présidente au service du bien commun et de la personne au coeur du projet européen.

Emmanuel Morucci

Président du CECI 

Publié par Emmanuel Morucci dans Annonces, Emmanuel Morucci, 0 commentaire

Crises humanitaires

Crises humanitaires mondiales : l’UE s’engage pour 1,5 milliard d’euros.

Nous l’avons tous constaté, les crises humanitaires continuent d’augmenter dans le monde. Comme toujours, les conflits et la violence sont à l’origine des principaux besoins humanitaires. Ce qui apparait, c’est que la situation est de plus en plus aggravée par des catastrophes naturelles, telles que la sécheresse ou les inondations. Ces crises humanitaires sont alimentées par le changement climatique et la dégradation de l’environnement. Fidèle a ce qu’elle est dans ses valeurs et principes fondamentaux, l’Union européenne s’engage et aide les personnes les plus touchées dans le monde par ces crises. À cet effet, la Commission a adopté son budget humanitaire annuel initial de 1,5 milliard d’euros pour 2022.

Le commissaire chargé de la gestion des crises, Janez Lenarčič, a déclaré à cet égard : « Les besoins humanitaires sont à un niveau record et continuent de croître. Cette situation est principalement due à des conflits, mais de plus en plus aux défis mondiaux tels que le changement climatique et la COVID-19. Notre aide humanitaire permettra à l’UE de jouer son rôle et de continuer à sauver des vies et à couvrir les besoins fondamentaux des populations touchées. Le budget permet non seulement de faire face aux crises nouvelles et très visibles, mais aussi de ne pas reléguer au second plan les crises humanitaires existantes, prolongées ou récurrentes, comme celles qui touchent la Colombie ou le Soudan du Sud ou encore la population rohingya. »

Selon les informations communiquées par la Commission européenne, l’aide humanitaire de l’UE en 2022 sera répartie comme suit : 469 millions d’euros seront alloués à l’Afrique subsaharienne ; 351 millions d’euros d’aide humanitaire de l’UE seront alloués aux besoins du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ; 152 millions d’euros financeront des projets en Europe du Sud-Est et dans le voisinage européen ; 188 millions d’euros continueront d’aider les populations les plus vulnérables en Asie et en Amérique latine. Les 370 millions d’euros restants seront utilisés pour faire face à des crises imprévues ou à des exacerbations soudaines de crises existantes, ainsi que pour financer d’autres actions.

Publié par Emmanuel Morucci dans Annonces, Cercle CECI, 0 commentaire

CECI a lu l’Est Républicain

Quand la presse régionale n’a rien à envier aux médias nationaux.
Félicitations au journal l’Est républicain pour cet article consacré à Robert Schuman.

Au moment où la France prend la présidence du Conseil de l’UE, quelle belle idée que de commencer l’année par un portrait fouillé de ce Lorrain, un des principaux fondateurs de l’Europe !
voir l’article

En prolongement, n’hésitez pas à lire ou relire l’article du CECI, « En passant par la Lorraine… »

Publié par Cercle CECI dans Annonces, Ceci a lu, Cercle CECI, 0 commentaire