Jean Guéhenno, maître d’Europe

Marie-Laure Croguennec
Les derniers articles par Marie-Laure Croguennec (tout voir)

Heureuse initiative que celle des Amis de Jean Guéhenno d’avoir recensé et classé les chroniques que l’académicien avait écrites pour Le Figaro. Pas moins de 24 d’entre elles sont consacrées à l’Europe et regroupées dans la publication « Je vous écris d’Europe » tout juste éditée.
Outre la récolte d’écrits témoignant comme autant de bulletins de météorologie sociale et politique sur une trentaine d’années, ces textes apportent par leur écriture chronologique un éclairage avisé sur le paysage de la construction européenne. Loin de se figer dans cet espace d’après- guerre, elles se nourrissent d’une réflexion puisée au cœur des valeurs de l’Antiquité, allant de la démocratie grecque aux avancées du siècle des Lumières, et ponctuent les étapes de l’épopée européenne tout en en révélant les enjeux. Ainsi Jean Guéhenno, témoin vivant des affres de la guerre sait de quoi il parle quand il évoque les déchirures nourries sur le terreau du nationalisme : comment ne pas être convaincu par sa mise en garde contre le « nationalisme européen » dont il décrit le danger ? À la fois modeste et ambitieux, l’écrivain détaille ce que n’est pas l’Europe : ni une addition de nations risquant de conduire à un nationalisme européen, ni un espace d’échanges marchands sans âme ni conscience.


Crédit photo : lycée Jean Guéhenno – Fougères – Académie de Rennes

Du lissage au tissage

Au contraire, s’il est une notion qui l’accompagne au fil de ses écrits, c’est bien celle de la conscience. Encore faut- il qu’elle naisse, éclose et se construise pour accompagner l’Homme dans sa destinée d’Européen. Loin d’un lissage uniformisant les peuples, il s’agit au contraire d’un tissage, que ne renierait pas Edgar Morin, permettant « de reconnaître avec amitié les différentes nations, chacune dans ses singularités, et de recomposer avec toutes l’harmonie européenne ». Comment ne pas y voir la traduction de la devise de l’Union européenne « Unie dans la diversité » ? Inspiré dans cette formule datant de 1964 ? Plus que ça : Jean Guéhenno se révèle en véritable visionnaire, écrivant bien avant l’heure, et avec une avance de 36 ans, la devise dont se dotera l’UE en 2000.

L’Homme au cœur projet européen

De la même manière, c’est bien au-delà de l’Europe des marchés que doit se construire l’Europe : le chemin en est l’Europe des Hommes et des Peuples. Cet humanisme revendiqué place l’Homme au cœur du processus de construction, alimentant la promotion d’une Europe forte et sociale aux dépens d’un espace mercantile, fondamentalement éloigné de la promesse européenne. L’Homme, mais pas seulement. Pas au singulier mais au contraire allant à la rencontre de l’autre et ensemble devenant des « hommes qui se veulent concitoyens » : l’Europe par et pour les peuples.
Reprenant les propos de Paul Valéry, Jean Guéhenno, dessine le portrait de l’homme d’Europe se définissant « non pas par la race, ni par la langue ni les coutumes, mais par les désirs et l’amplitude de sa volonté ». Tout réside ainsi dans la conscience qui n’a de chances d’aboutir que par une construction.


Chroniques du Figaro 1946–1977, Jean GUÉHENNO, Éditions l’OURS, 92 pages

Pour une éducation à la citoyenneté européenne

L’éducation est la clé de voûte de ce défi. Tel un fil rouge, l’académicien situe comme incontournable la responsabilité de l’enseignement en la matière. Parce que « tout n’est qu’affaire d’éducation », il s’agit de « donner conscience et fierté à tous les petits hommes pour qu’ils deviennent ensemble les citoyens d’une nouvelle patrie » (1974). À cet effet, on peut légitimement s’interroger sur les espaces européens terriblement déserts des programmes éducatifs depuis plus de 45 ans. La gouvernance et le rôle des institutions ne sont pas oubliés : dès 1968, année révolutionnaire s’il en est, il préconisait à l’instar de Louis Armand que « les ministres (soient) chargés de représenter l’Europe au sein des gouvernements et non pas seulement les gouvernements au sein de l’Europe ».

Culture, éducation, citoyenneté, identité, valeurs, questions sociétales… les chroniques de Jean Guéhenno balaient bien des domaines constitutifs de l’âme du projet européen. Puisse la nouvelle Commission tout juste installée s’inspirer de cette feuille de route on ne peut plus d’actualité, et retenir les conseils avisés et argumentés de l’écrivain qui faisait en son temps preuve d’une pertinente modernité.

Marie-Laure Croguennec

Publié par Marie-Laure Croguennec

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.