Le CECI en Normandie pour la Journée de l’Europe

À l’occasion du mois de l’Europe, le 9 mai commémorant la « Déclaration Schuman » considérée comme le texte fondateur de la construction européenne, la Maison de l’Europe de la Seine Maritime-MDE76 a organisé sous la houlette de son président (également administrateur du CECI), Pierre Menguy, des actions sur trois journées consécutives en partenariat avec la Ville du Havre, la Ville de Sainte-Adresse, la Communauté de communes de la Côte d’Albâtre, le CECI – Cercle Europe Citoyennetés Identités et le Fonds Citoyen franco-allemand sur les thématiques de la paix en Europe (8mai) et de l’implication citoyenne dans le cadre des relations franco-allemandes (10 mai). Ces deux actions encadraient la journée européenne du 9 mai organisée par la ville du Havre à l’occasion de l’assemblée générale de l’OFAJ tenue dans cette ville.

Représenté par Emmanuel Morucci, le CECI est intervenu au Havre, à Sainte-Adresse et à Cany-Barville dans trois manifestations s’inscrivant dans le prolongement de la remise des prix du concours « Frontières de l’Europe » en présence de MM. Édouard Philippe et Lutz Trümper, respectivement maires du Havre et de Magdebourg,  de M. Hanz-Dieter Lucas, ambassadeur d’Allemagne et de M. Benjamin Kurc, directeur du Fonds citoyen franco-allemand.

8 mai – Mairie de Sainte Adresse : « Les Européens face aux conflits d’aujourd’hui, résignation ou résilience ? »
Aux côtés du maire Hubert Dejan de la Bâtie et face à une assistance jeune et curieuse, Emmanuel Morucci a présenté son analyse de sociologue-anthropologue sur ce thème d’actualité chaude.
Résignation, non ! a‑t-il affirmé d’emblée. Il a justifié son propos par toutes les décisions européennes récentes, imposant également de renforcer notre défense.
Constatant que cette dernière ne serait pas actuellement en mesure de s’opposer efficacement à une agression directe, faute d’armée propre, le président du CECI a rappelé qu’une défense commune ne pourrait naître qu’après la mise en place d’une politique étrangère et d’une diplomatie commune propre à un État, que n’est pas l’Europe. Pour aller dans ce sens, il faudra renforcer la conscience de partage d’une même culture par tous les citoyens de l’Europe afin de développer un sentiment d’appartenance nécessaire avant d’évoluer vers un état fédéraliste respectueux de toutes les nuances culturelles de chacun des pays qui y adhèrent.

Le maire de Sainte Adresse a ensuite identifié les lourdeurs administratives des procédures européennes et les contrôles incessants venant tout autant des administrations nationales comme des causes importantes d’un rejet de cette Europe par un monde agricole qui en est pourtant le premier bénéficiaire.

Il y aurait donc besoin d’une réorganisation profonde, difficile à mener dans un contexte incessant d’élargissement du périmètre de l’Europe. En revanche, un recentrage autour d’un axe originel franco-allemand faciliterait selon lui une telle approche. S’il convient de reconnaître les succès de l’Europe qui vont dans le sens recommandé par Emmanuel Morucci, l’ouverture des frontières et la création de l’Euro font oublier les anciennes frontières, de même que le succès d’Erasmus renforce la connaissance mutuelle des jeunes européens et devrait encore être développé à l’image des Peace Corps américains.
Vis-à-vis de l’agression russe, il estime nécessaire une grande fermeté, craignant la similitude potentielle de la situation actuelle avec celle des Sudètes.

Le témoignage d’un couple franco-allemand a permis de montrer qu’en fait les désaccords pouvaient être très vite surmontés et qu’il était important de communiquer pour les estomper.
D’où l’importance d’un dialogue permanent entre les peuples de notre « vieille Europe ».

Enfin Antoine Comont, fort de son expérience en Amérique du nord (USA-Canada), a rappelé l’attractivité de l’Europe malgré les problèmes évoqués. En effet, bien que ne constituant pas un État comme rappelé avant, elle a su se projeter partout dans le monde à travers des accords commerciaux. Ce succès a d’ailleurs pu irriter la Russie quand l’Ukraine a souhaité s’en rapprocher. Cette dernière serait alors devenue un marqueur de succès économique déstabilisant à sa frontière.

9 mai – Le Havre : Journée de l’Europe sous le signe de l’amitié franco-allemande.
Emmanuel Morucci a participé au Carré des Docks, aux côtés du maire du Havre Edouard Philippe, du maire de Magdeburg Lutz Trümper, de l’ambassadeur d’Allemagne Hanz-Dieter Lucas et du directeur du Fonds citoyen franco-allemand Benjamin Kurc, à la remise des prix du concours de la Journée de l’Europe initié par la Ville du Havre, le Campus Le Havre-Normandie et la Maison de l’Europe. Proposé aux étudiants du territoire pour une première édition, le concours avait pour thème : « Les frontières de l’Europe. ».

À l’hôtel de ville, c’est toute une série de débats et de rencontres autour de l’Europe et de son identité qui se sont déroulés, mettant à l’honneur l’amitié franco-allemande avec la présence du maire de Magdebourg, ville jumelée avec Le Havre, et l’ouverture de la convention de l’Office franco-allemand de la Jeunesse au Carré des Docks.

« Se retrouver, se rencontrer, se renouveler », tel était le slogan pour les participants (bénévoles associatifs, représentants de communes, d’élus locaux) venus d’Allemagne et de France. La journée de l’Europe a permis aux nombreux participants de s’interroger sur l’identité d’une Europe qui a beaucoup évolué depuis le marché commun et ses élargissements successifs jusqu’à 28 pays (27 depuis le Brexit).

Ce fut également l’occasion de se questionner sur les valeurs européennes, notamment en période de crises. Au destin partagé entre les nations fondatrices semble succéder une Europe de coopérations renforcées selon les choix des nations, sur le plan militaire ou encore celui de la justice, en mesurant le risque d’une Europe à plusieurs vitesses, avec le danger de fragilisation de l’identité commune.

En marge de ces manifestations, Emmanuel Morucci et Antoine Comont (doctorant en droit international, co-directeur du Centre pluridisciplinaire en commerce et aux investissements internationaux de l’Université de Laval au Québec) étaient les invités du Lions club du Ponant pour un dîner-débat. Les échanges ont notamment porté sur l’actualité de l’Union, la guerre en Ukraine et la question de la défense européenne.

10 mai : conférence sur le renouvellement des jumelages à la Communauté de communes de la Côte d’Albâtre
L’Union européenne s’est trouvée au centre des préoccupations d’un public composé d’élus locaux, de représentants de comités de jumelages et de représentants d’établissements scolaires venus de toute la région. La réunion était organisée par la Maison de l’Europe de Seine-Maritime et son président Pierre Menguy à l’invitation du Président de la Communauté de communes de la Côte d’Albatre M. Jérôme Lheureux.

Pour Emmanuel Morucci, la mission a consisté à mettre en perspective rôles et missions des jumelages et leur renouvellement, en particulier dans un contexte de baisse d’intérêt des citoyens à s’engager dans ce type d’associations. D’un point de vue sociologique, les jumelages ont une place prépondérante dans les processus de construction d’une citoyenneté européenne. Une orientation possible passe la mise en œuvre de nouvelles missions plus axées sur le quotidien des habitants des villes jumelles, notamment dans le cadre de l’Union européenne. Comme l’a démontré sa présence tout au long et au cœur des échanges, la création d’un vrai sentiment d’appartenance est un élément incontournable.

Cette journée a permis de mettre en lumière des lignes directrices pour aider à une résilience des comités de jumelage :

  • travailler en réseau,
  • s’adapter à la société d’aujourd’hui,
  • booster les coopérations dans les secteurs politique et administratif,
  • ne plus faire de la langue un frein,
  • avoir un plan d’action à l’horizon 2025,
  • s’appuyer sur les représentations locales : Maisons de l’Europe, Europe Direct, Team Europe,
  • partager les savoir-faire et savoir-être dans des domaines comme le handicap, le sport, l’intergénérationnel, la ville à 5min, 30 min, etc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.