Roger Casale

Ne demandez pas ce que l’Europe peut faire pour vous, dites-nous ce que vous pouvez faire pour l’Europe

Republié avec l’aimable autorisation de Voxeurop

Le 5 mai, le Conseil de l’Europe, l’organisation la plus ancienne et la plus complète de l’intégration européenne avec 47 États membres, célèbre son 72e anniversaire.

Selon les mots de Marija Pejčinović Burić, Secrétaire générale du Conseil de l’Europe, « il est très facile de considérer nos droits fondamentaux comme acquis, mais il est vital de se rappeler qu’ils ont transformé notre façon de vivre en Europe sur une période très courte. » (Discours à l’Ecole européenne de Strasbourg, février 2021).

Pour comprendre à quel point la transformation des sociétés européennes a été profonde, il suffit de regarder ce qui s’est passé en ce qui concerne la peine de mort.  Lorsque le Conseil de l’Europe a été créé, seule une poignée d’États européens l’avaient abolie. Aujourd’hui, l’Europe est presque une zone sans peine de mort, à l’exception de la Biélorussie (non membre du Conseil de l’Europe).

Aujourd’hui, les protagonistes les plus importants dans la lutte pour défendre l’Europe en tant qu’espace sûr pour la démocratie, les droits de l’homme et l’État de droit, ne sont pas les gouvernements nationaux ou les institutions internationales, mais plutôt les citoyens eux-mêmes.

D’un côté, nous voyons le pouvoir de ceux qui sont poussés par la peur et la colère ou par le sentiment national, la nostalgie et même la haine vers une politique d’exclusion. De l’autre, le courage de ceux qui protestent contre leur perte de droits, d’inclusion sociale ou le rétrécissement de l’espace civique.

Entre ces mobilisations, se trouve une majorité comparativement silencieuse et passive. Dans quelle mesure la majorité silencieuse est-elle impuissante lorsqu’il s’agit de provoquer un véritable changement ?  C’est une question que nous abordons chez les Nouveaux Européens, alors que nous travaillons à la construction d’un mouvement de droits civiques de citoyens et de non-citoyens qui veulent apporter leur contribution à l’avenir de l’Europe.

Le défi pour une organisation paneuropéenne comme New Europeans, est que de nombreuses personnes en Europe diront « pourquoi devrais-je m’en préoccuper, en quoi les événements en Pologne, en Hongrie, au Danemark, en France ou en Grande-Bretagne me concernent-ils ? ».  Voici notre réponse : « Lorsque cela aura un rapport avec vous, il sera trop tard pour faire quoi que ce soit ».

Outre le droit à la vie, les droits protégés par la Convention européenne des droits de l’homme comprennent le droit à la liberté et à la sécurité, la protection de notre vie privée, le droit d’être jugé de manière équitable par un tribunal indépendant, la capacité de s’exprimer librement, de s’organiser en associations et de connaître la liberté de croyance religieuse.
Nombre de ces droits sont aujourd’hui menacés en Europe, y compris au sein des États membres de l’UE. Dans la Hongrie d’Orban, la liberté de la presse a pratiquement disparu. Le système judiciaire polonais est sapé par le gouvernement polonais, tandis qu’en Grande-Bretagne, des mesures draconiennes sont adoptées à la hâte par le Parlement pour restreindre la liberté d’association. En France et au Danemark, la nouvelle loi sur la sécurité menace les droits fondamentaux.

Comme ces exemples le montrent clairement, les principales menaces pour les droits de l’homme en Europe aujourd’hui ne sont pas les actions d’individus et d’acteurs non étatiques mais plutôt celles des gouvernements – des gouvernements qui démantèlent l’État de droit, sapent la démocratie, suppriment les droits civils tels que le droit à la liberté d’expression et de réunion et érodent l’espace civique.

Les Européens se sont réunis après la guerre pour construire une nouvelle société dans laquelle la guerre ne serait plus possible. L’Holocauste a également appris aux dirigeants d’après-guerre que l’Europe devait devenir un espace sûr pour les droits de l’homme.

Aujourd’hui, alors que nous célébrons les 72 ans du Conseil de l’Europe, nous devons également nous rappeler que ce projet noble et nécessaire est encore loin d’être achevé.

Il ne peut y avoir de demi-mesure lorsqu’il s’agit de sauvegarder les droits de l’homme, et nous ne devons accepter aucune forme de recul par rapport à ce qui a déjà été réalisé.

Les campagnes pour l’État de droit en Pologne, l’avenir de la démocratie en Hongrie, le droit de manifester en Grande-Bretagne ou les libertés civiles en France et au Danemark ne sont pas des affaires de clocher qui n’intéressent que les citoyens des États concernés. Chaque combat individuel est bien plus que cela. Chacun fait partie d’une bataille plus large pour l’âme de l’Europe, pour notre identité européenne.

Nous pensons que l’avenir de l’Europe en tant qu’espace sûr pour les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit dépend avant tout non pas des actions des États et des organismes internationaux, aussi importants soient-ils, mais plutôt des actions des citoyens. En fait, elle dépend de l’engagement des citoyens et des non-citoyens, de tous ceux qui sont prêts à se lever et à être comptés.

Ce sont les citoyens, et non les gouvernements, qui sont descendus dans la rue lors du mouvement « Fridays for Future » pour forcer une action plus urgente au niveau international sur le changement climatique. Et ce sont les citoyens qui décideront de l’avenir de la démocratie en Europe dont dépendent notre avenir commun, la paix, la prospérité et la résilience du modèle européen.

Peu après la publication des sondages de sortie du référendum sur le Brexit, le 23 juin 2016, on a constaté un pic des recherches Google pour les mots « Union européenne ». À ce moment-là, il était trop tard pour faire quoi que ce soit pour que la Grande-Bretagne reste dans l’UE – la décision avait été prise.
Il existe une expression bien connue dans la plupart des langues qui dit « on ne sait pas ce que l’on a jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus ». Les Européens peuvent-ils se permettre de le découvrir à la dure ?

Publié par Roger Casale dans CECI dit, Projet du CECI en 2021, Roger Casale, 0 commentaire